Serge BRET-MOREL

L’ASTROLOGIE face à ELLE-MEME

PROLOGUE à une RENOVATION de la CRITIQUE de l’ASTROLOGIE

 

Historia

 

   Accueil > Historia > Sur l'histoire de l'astrologie > (1999-2009) Terrible changement de millénaire pour l'astrologie française - 1ère partie

 

 

(1999-2009)

TERRIBLE CHANGEMENT DE MILLENAIRE

POUR L’ASTROLOGIE FRANCAISE

 

1ère partie 1999 l’éclipse totale de soleil sur le nord de la France
2ème partie 2001 la soutenance de thèse de sociologie de l’astrologue Elizabeth Teissier
  2001 les attentats imprévus du 11 septembre
3ème partie 2004 l’imprévu tsunami de Noël
  2005 la réédition du fameux Que sais-je ? L’Astrologie
4ème partie 2006 le déclassement de Pluton
  2008 Malgré son élimination, l’équipe de France devait gagner l’Euro de football…
5ème partie 2007-2009 La FDAF (Fédération Des Astrologues Francophones) demande la mise au second plan de la prévision astrologique
6ème partie   Conclusions

 

Introduction

1999 : l’éclipse totale de soleil sur le nord de la France

 

A l’approche du 11 août 1999, que de papiers et de reportages sur la question des prophéties de Nostradamus annonçant la venue d’un grand Roy d’effrayeur… On prédit même la chute sur Paris (« peut-être » bien évidemment…) de la station Mir (Elizabeth Teissier) alors encore en orbite. Je crois même qu’il y eut des courriers envoyés à la NASA ! On vit aussi des scientifiques face à des journalistes profitant de l’aubaine, tenter de convaincre de l’aspect très improbable d’une chute de la station précisément ce jour-là et en plus sur Paris. Sans pouvoir démentir absolument toutefois cette possibilité (incertitudes obligent). Les zététiques organisèrent même un joyeux goûter devant la demeure du voyant et couturier Paco Rabane qui avait alimenté la rumeur de fin du monde (1999, le Feu du Ciel, éditions Lafont, 1999) pour le cas où la ville ne serait pas encore détruite après l’éclipse... On saluera ici l’humour du groupe et on imagine bien leur très grand soulagement une fois l’événement passé !

 

 

Bien sûr l’éclipse fut magnifique dans le nord de la France (j’y étais, comme le décrit mon compte-rendu enthousiaste de cet inoubliable moment d’observation), et ni la station ni rien d’autre ne tomba sur Paris, sinon un certain voile de ridicule… L’astrologie était une fois de plus prise en flagrant délit d’échec prévisionnel. Mais à la différence d’autres fois, l’échec avait été précédé d’un battage médiatique tel, que personne ne put le rater. Comme à l’habitude, il fallut trouver alors autre chose pour sauver les mauvaises configurations astrologiques du moment (si ces événements prévus étaient erronés, peut-être les configurations en annonçaient-elles d’autres ?). Ce genre de procédé permet régulièrement de sauver l’astrologie prévisionnelle au prix d’un mea culpa de l’astrologue comme on l’a déjà évoqué dans notre article sur Les coulisses astrologiques de la présidentielle… Or, il se trouve que le 17 août 1999 un terrible tremblement de terre se produisit en Turquie, provoquant la mort de près de 30.000 personnes. Ouf ! si l’on peut dire, les configurations astrologiques étaient sauvées : 6 jours à peine après l’éclipse, un événement dramatique et collectif se produisait non loin du passage de la zone d’ombre de l’éclipse (qui avait également traversé la Turquie).

 

 

Encore une fois, bien que personne n’ait prévu un tel événement, certains astrologues (pas tous heureusement) décidèrent a posteriori qu’il validait le terrible climat astrologique annoncé, sans invalider donc tout à fait les prédictions manifestement erronées. Et en oubliant Nostradamus… Ceci se passe de commentaires.

Rappel toutefois : si le non-initié à l’astrologie se disait que le 17 août n’est pas le 11 août et qu’il faut donc être de bien mauvaise foi pour ne pas le reconnaître, il doit comprendre que la prévision astrologique ne fonctionne pas ainsi. On appelle « orbe » l’écart angulaire permettant d’étendre la validité de toute période de prévision-prédiction astrologique sur quelques jours ou quelques semaines, ce en quoi une prédiction astrologique n’est jamais vraiment prisonnière d’une seule date (sinon en théorie). En effet, la plupart des angles astrologiques ne se font ni ne se défont en une journée.

 

Observation N°1 : on s’étonnera comme bien des septiques militants du fait qu’il est courant en astrologie que des prédictions soient bien souvent datées avec précision a priori, puis qu’une fois erronées on cherche a posteriori à étendre 1) la période de prévision, 2) le champ de la prévision.

A quelques jours ou quelques semaines près, d’autres événements permettent de sauver littéralement les configurations : ici, au lieu d’une chute céleste de station spatiale on se sera « contenté » d’un tremblement de terre (malgré la symbolique quasi opposée…), mais n’importe quel événement collectif (assassinat politique, autre catastrophe naturelle, technologique ou dans les transports, etc) aurait pu faire l’affaire…

Il n’empêche qu’à l’approche de la fin du millénaire, cette éclipse de soleil fut un vrai coup médiatique contre l’astrologie.

2e Partie

 

Serge Bret-Morel
le 2 juin 2009