Serge BRET-MOREL

L’ASTROLOGIE face à ELLE-MEME

PROLOGUE à une RENOVATION de la CRITIQUE de l’ASTROLOGIE

 

Mediatica

 

   Accueil > Mediatica > La critique des Zoroscopes

 

 

La critique des Zoroscopes

 

Cette rubrique de quelques dizaines de pages sera consacrée à une analyse critique des horoscopes de presse tant du point de vue historique, philosophique que (surtout) astrologique. Notamment technique. Pourquoi une telle critique pour de telles bêtises ? Justement parce que manifestement la critique traditionnelle des horoscopes n’incite ni la plupart des rédacteurs à plus d’humilité, ni leurs employeurs à plus d’exigence, or ils participent grandement à la pollution des débats.

Bien souvent en fait, « la critique des horoscopes » découle de la critique de l’astrologie. En somme, les horoscopes ne marcheraient pas parce que « l’influence des planètes est trop faible »… « la précession des équinoxes »… « la voyance »… etc, autrement dit, parce que l’astrologie est infondée en général. On comprendra donc que pour celui qui croit en la possibilité de l’astrologie, cette argumentation est souvent sans effet : il sait très bien que des contradictions existent, mais comme « ça marche » cela n’en fera que quelques unes de plus... Heureusement, les contradictions de bon sens existent (la découpe de la population en 12 catégories, les différences et même les contradictions d’un horoscope à l’autre, etc), mais on ne trouve presque jamais de contradictions internes, c’est à dire du point de vue astrologique ! Par exemple le fait que nombre de prédictions ne concernent même pas ceux qui les entendent… ce qui d’un point de vue déontologique devrait interpeller par exemple le CSA au-delà de la liberté d’expression ou de croyance. Cette remarque est une parmi tant d’autres que l’on développera plus tard. Il sera bienvenu que l’on prenne le temps de démonter astrologiquement ces bêtises astrologiques afin de mettre les astrologues rédacteurs face à certaines contradictions qu’ils ne pourraient pas rejeter par principe comme ils peuvent le faire de la critique de l’astrologie en général.

C’est ce que nous proposerons bientôt. En attendant, vous pouvez en avoir un avant-goût avec Sur les origines, l’apparition, le succès et quelques contradictions des horoscopes de presse. Ecrit il y a quelques années pour la seule association de professionnels de l’astrologie qui dénonce ouvertement les prédictions horoscopiques, la Fédération Des Astrologues Francophones (FDAF), il ne fut toutefois pas publié. Nous y évoquerons quelques propos acides de l’astronome-astrologue Kepler sur les prédictions annuelles des astrologues et… les siennes à partir de quelques lignes de son petit opuscule de prédictions astrologiques façon causale (vous lisez bien…) pour l’année 1602. Il l’écrivit peu de temps après la mort de Tycho Brahé, car ces prédictions incombaient à la fonction de mathématicien impérial dont il venait d’hériter.

Nous signalerons aussi quelques échanges que nous avons eus avec l’astrologue Isabelle Teissier, fille de la célèbre astrologue du même nom (qui elle, rédige justement des horoscopes) suite à l’article de Libération « De là à voir un lien entre les astres et la destinée… » (janvier 2009).

NOUVEAU

Avec Horoscopie et publicité, de troublantes (?) similitudes nous proposons ici une énumération de quelques dérives des horoscopes de presse (à ne pas confondre donc, avec les thèmes de naissance). Celles-ci sont bien évidemment nombreuses, et la comparaison avec la publicité (autre thème qui déclenche chez nous quelques cheveux hérissés) va nous permettre d’organiser ces observations. Non, on ne peut pas amalgamer astrologie et horoscopie si l’on définit la pratique des horoscopes de presse comme une branche récente de l’astrologie (voir notre article plus haut, sur l’apparition des horoscopes). Cette branche consiste donc à émettre des jugements sur le présent et sur l’avenir concernant des personnes théoriques à partir de configurations astrologiques partielles (un peu comme pour la masse de l’univers, il manque bien 90% des données astrologiques au rédacteur d’horoscopes quand il produit son interprétation…). Dans ce genre de pratique, dire ou penser, nommer les choses, c’est encore leur donner vie…

 

Serge BRET-MOREL
le 27 janvier 2009